Archives de catégorie : Colloque 2003

Colloque 2003

Victoriaville


APEMIQ en nomination pour un prix du tourisme

Tourisme Bois-franc nous écrit !

Objet : Prix Ambassadeurs

Nous avons le plaisir de vous annoncer que Tourisme Bois-Francs a mis votre nom en nomination pour recevoir un Prix Ambassadeur à l’occasion du prochain Panthéon de la performance organisé par la chambre de commerce et d’industrie des Bois-Francs. Ceci fait suite à votre implication lors du Congrès 2003 de l’Association Pour les Enseignants en Mécanique Industrielle du Québec.

Cette soirée gala aura lieu le 26 mai prochain au Colisée des Bois-Francs.

Et c’est signé M. Yves Bernier responsable des congrès et évènementS.

Mario Binette


Machine à mesurer tridimensionnelle

Thème : L’enseignement de la machine à mesurer tridimensionnelle.

Description : Présentation d’un guide pédagogique utilisé pour l’enseignement de l’utilisation d’une machine à mesurer tridimensionnelle a l’intention des étudiants en techniques d’usinage.

M. Jocelyn Maltais enseigne en techniques d’usinage.

Le guide est réalisé pour une machine MITUTOYO Bright Apex CNC, avec logiciel COSMOS version 1.5 R9.

Première question posé par Jocelyn : Qu’est-ce que l’on fait avec une MMC en techniques d’usinage ? Réponse : Le mesurage de base pour les CFP et les cotes géométriques pour le niveau CEGEP. Utilisation de la machine en ASP numérique pour contrôler la pièce produite par l’étudiant.

Un objectif de l’activité se voulait un échange entre le niveau professionnel et technique.

Jocelyn nous a présenté le document produit pour ses élèves. Le document comprend les étapes à réaliser par l’étudiant pour calibrer la machine à mesurer et mesurer une pièce simple. Le contenu est exposé avec photos et texte sous forme de vidéo. Le guide a une durée d’une heure, l’étudiant se sert de ce guide pour connaître le langage, les codes sous forme d’icônes, le palpeur (stylus) et apprendre comment faire pour ralentir les vitesses de déplacement du palpeur. La pièce à inspecter est simple, on doit déterminer l’origine de la pièce, et inspecter les dimensions linéaires et la position des trous en rapport aux cotes du dessin. La présentation utilise un code de couleur : le vert pour passer à l’action, le rouge pour mise en garde et le mauve pour les résultats. Le logiciel est en français. L’exercice se fait à l’aide d’une manette (Joystick), avec l’explication des boutons de la console et l’explication des icônes à l’écran. Les professeurs qui ont assisté à la présentation sont intéressés à recevoir et utiliser le document produit par Jocelyn.

Jocelyn est intéressé à réaliser, par l’entremise de l’APEMIQ, un projet d’échanges et de formation entre les enseignants.

Les enseignants intéressés peuvent faire parvenir à Jocelyn des dessins de pièces utilisées en inspection avec une machine à mesurer.

Courriel : maltais.jocelyn@cgocable.ca


Résumé de la journée échange du 23 octobre en techniques d’usinage.

22 personnes ont participé à l’atelier échange, parmi ces 22 personnes, il y avait M. Jean-Paul Bergeron du M.E.Q., M. François Laroche du centre 24 juin à Sherbrooke, et Messieurs Valère Janelle et Jacques Demers du C.F.P. de Neufchâtel. Les autres enseignants présents représentaient 10 centres de formation professionnelle (situés en Beauce, à Alma, Baie-Comeau, Plessisville, Montréal, terrebonne, C.I.M.M.E. neufchâtel, Sherbrooke, É.M.A.M.).

La journée fut très agréable et s’est déroulée sous le signe de l’ouverture d’esprit de la part de tous. Les sujets discutés furent nombreux, notamment les examens ministériels des modules 23 (tournage complexe) et 24 (fraisage complexe ) du D.E.P. et les examens ministériels du module 8 ( programmation automatique ) et 10 ( usinage complexe au centre d’usinage ) de l’A.S.P.

Les rédacteurs de ces examens nous ont montrés où en étaient rendus les travaux de révision de ces examens. Comme on le sait tous, chaque centre avait modifié quelque peu sa façon de faire l’examen afin de l’adapter à sa propre réalité. Il a été convenu de tous, que les changements apportés afin de réduire la tâche de l’élève durant son examen devraient à l’avenir permettre aux élèves de terminer les examens dans le temps prévu.

Les critères retenus pour apporter les modifications sont les suivants :

(1)Ne pas évaluer la même compétence plusieurs fois dans différents modules Ex : le filetage intérieur dans l’examen de tournage complexe sera probablement enlevé car il a été évalué dans le module de filetage au tour.

(2) Ne pas faire effectuer plusieurs fois la même tâche : ex : percer seulement 2 trous au lieu de 3 ou 4 dans l’examen de fraisage complexe.

(3) Il a été aussi proposé de diminuer les profondeurs des poches afin d’accélérer l’usinage.

Au niveau de l’A.S.P. le module 8 va être un peu plus complexe et la partie programmation du module 10 sera probablement enlevée. L’élève n’aura qu’à exécuter la pièce.

Christian Gosselin


Album photos

Document(s) lié(s) à cet article


Recommandations des membres à l’assemblée générale

Première partie

Suivi des recommandations des membres du 19e Colloque annuel de l’APEMIQ

Comme le veut la tradition, les membres ont eu l’occasion de prendre la parole et de faire des recommandations durant l’assemblée générale annuelle de l’APEMIQ. Cet article en deux parties veut rendre compte de ces discussions et de ces recommandations.

Dans cette première partie, nous relaterons l’essentiel de la discussion qui a porté sur le suivi qui a été apporté aux recommandations faites par les membres lors de l’assemblée générale annuelle de l’APEMIQ de l’an passé, à Granby, en octobre 2002, au 19e Colloque.

Cette question a été soulevée par monsieur Jean-Marc Doyon alors que nous étions à lire et approuver le procès-verbal de la dire assemblée générale annuelle. Deux recommandations des membres avaient été consignées au procès-verbal.

1. Il avait d’abord été fait comme recommandation à l’APEMIQ de prêter une attention soutenue à la poursuite et à la conclusion des travaux devant conduite à l’implantation des 3 programmes conduisant à une ASP en fabrication de moules, matriçage et outillage.

C’est Michel Gauthier qui a fait rapport au nom du C.A. sur la question. Il souligné le fait que d’importants travaux avaient été réalisés au cours de l’année dernière en vue de compléter ces travaux. Il a rappelé qu’en date du mois de juin l’an dernier, les programmes étaient complets et avaient même fait l’objet de toutes les validations, y compris les révisions linguistiques, que les guides d’organisation pédagogique et matériel étaient aussi complétés pour au moins 2 des 3 programmes. D’importants travaux avaient aussi été complétés sur le plan des évaluations, de la confection des tableaux d’analyse et de spécifications pour 4 à 6 modules ainsi que la rédaction des scénarios des examens ministériels.

Cependant, à la connaissance de l’APEMIQ, aucune proposition n’avait encore été acheminée au ministre pour que les budgets et les programmes reçoivent son aval. Ainsi, tout ce travail est-il réalisé mais reste pour le moment sur les tablettes. Pour la suite des travaux portant sur l’évaluation par exemple, un rédacteur a été invité à l’automne à « revenir » en janvier.

Monsieur Gauthier a aussi réitéré que de nombreux efforts ont été faits pour que le MEQ réalise l’urgence de procéder avec l’implantation de ces nouveaux programmes. Les programmes actuels sont fondés sur des données recueillies on 1988 et ils reflètent une organisation du travail qui est complètement désuète. Comme le programme de techniques d’usinage a été révisé, les élèves sont confrontés avec des modules de l’ancien programme comme la rectification cylindrique de forme qui devait être une exploration plus poussée de ce qui était fait en Techniques d’usinage. Or, la rectification cylindrique est disparue de la dernière révision du programme en techniques d’usinage. Les programmes ne sont plus harmonisés.

Monsieur Jean-Paul Genret a souligné à son tour l’urgence de procéder à la révision des programmes en soulignant le fait que le programme actuel est le fruit d’une mise-à-jour partielle qui avait été faite et qui a laissé des modules d’usinage sur machines-outils que rendent un peu caduques les développements du nouveau programme en techniques d’usinage.

Monsieur Gauthier a conclu son intervention en réitérant la pertinence et l’actualité criante de cette recommandation, suggérant d’ailleurs qu’elle soit reconduite et que le CA poursuive ses efforts pour communiquer au MEQ cette urgence, surtout dans le contexte actuel, marqué par les difficultés de recrutement.

2. Une deuxième recommandation des membres voulait que l’APEMIQ étudie la possibilité de publier un magazine sur les métiers des membres de l’Association.

Le CA s’est effectivement penché sur la question et est rapidement arrivé à la conclusion qu’elle ne disposait pas des ressources humaines pour arriver à une publication d’un tel standard. La publication d’un magazine étant une entreprise en soi. L’économie même des publications de style magazine est fondée sur la taille d’un grand marché capable d’absorber les coûts faramineux de leur composition et de leur impression.

Cependant, le CA a interprété cette recommandation comme un désir des membres de voir se dynamiser les communications de l’APEMIQ. C’est là-dessus que les efforts du CA ont porté et remporté un certain succès avec la transformation radicale de sa principale publication le MécaTech Info semestriel en MécaTech Express mensuel. Dans la même veine, le CA a approuvé la transformation du site WEB de l’organisation, de site WEB statique en site WEB dynamique avec la naissance de APEMIQ.COM.

L’assemblée générale a approuvé et applaudi les décisions du CA en cette matière et le procès-verbal de l’assemblée générale annuelle de Granby, a été approuvé.

Michel Gauthier


Recommandations des membres 2003

Recommandations des membres 2003

Deux grandes recommandations des membres ont occupé cette partie de l’assemblée générale.

Pour plusieurs en fabrication mécanique, ce colloque et l’atelier échanges du 23 octobre 2003 auront permis de mettre en lumière l’existence d’une très grande disparité de conception entre les enseignants du secteur sur des questions aussi fondamentales que l’interprétation des critères d’examen ministériels, les gammes d’usinage ou encore l’utilisation d’appareils comme les machines à mesurer tridimensionnelles.

Les membres ont donc recommandé que des occasions d’échanges entre enseignants soient créées durant toute l’année afin de développer la cohésion et l’unité de pensée des formateurs du secteur. Ils ont aussi encouragé la direction de l’APEMIQ à faire en sorte qu’elle soit réellement prise au sérieux en tant que partenaire actif et premier interlocuteur du MEQ pour tous les travaux qui seront entrepris à l’avenir concernant l’évaluation ou tout autre aspect des programmes enseignés par ses membres.

Une autre discussion animée a entouré l’annonce des démarches entreprises par les enseignants en usinage sur MOCN de Rivière-Du-Loup auprès du MEQ afin que soit intégré au programme de l’ASP un module d’intégration au milieu de travail. Il semble que ces enseignants se soient vus répondre qu’ils étaient les seuls à faire cette réclamation. Or, il est bien connu au sein de l’APEMIQ, que les enseignants du Lac St-Jean portent ce dossier depuis de nombreuses années, non seulement au sein de l’APEMIQ, mais aussi auprès du MEQ.

Il a donc été recommandé que l’APEMIQ prenne position à cet égard et qu’elle appuie et formalise les présentations déjà faites par les enseignants de plusieurs institutions à cet égard auprès du MEQ afin de faire évoluer ce dossier.

Michel Gauthier